LE CLOWN NE DOIT PAS DEVENIR UN PERSONNAGE (titre inspiré de ce joli texte de Pippo Delbono)

« Le métier d’acteur peut devenir un métier absurde et il arrive parfois que les acteurs soient perdus, comme s’ils avaient oublié la nécessité d’utiliser leurs yeux et leur parole. Alors il émane d’eux comme une tristesse. Le métier d’acteur peut devenir dangereux, lorsque l’on perd la nécessité de trouver dans sa vie des choses plus profondes que des sentiments. Si un acteur ne travaille que sur des sentiments, lorsqu’il va dîner après le spectacle par exemple, il est, demeure, son personnage. C’est un risque pour lui dans son métier et dans sa vie, outre le fait que ce soit insupportable pour les autres. Un musicien ne risque pas de devenir une note, un peintre un paysage ou un sculpteur une statue, par contre quelqu’un qui fait du théâtre peut devenir son personnage et risquer de l’être à temps plein. Pour moi être acteur est un processus intime, humain et humble. Nous devons, comme tout un chacun, parcourir notre chemin vers la mort. Je ne peux pas me dissoudre dans moult personnages et attendre que la mort vienne comme ça, par surprise. Je cherche et je mets tout en œuvre dan ma vie afin d’avancer avec joie et beauté vers la mort. Chacun appréhende ses histoires a sa manière, mais personne ne devrait oublier que la vie se termine par la mort. Si je cherche dans ma vie une vérité, une sincérité pour être plus profond, alors mon travail d’acteur a un sens. Il devient nécessaire.
J’adore cette histoire que quelqu’un ma racontée : des psychanalystes ont étudié pourquoi les Touaregs dans le Sahara n’ont pas besoin de thérapie et d’antidépresseur. Ceux qui soignent les autres ont compris qu’il fallait être soi-même, passer au travers de moments douloureux et difficiles. Il me semble que cela devrait être de même pour les acteurs. Un acteur devrait dans sa vie, être en état de fragilité avec tous les risques que cela comporte. Un état qui fait de lui un guerrier qui combat en parfaite connaissance de ses actes, de ses gestes, sans haine. Je ne voudrais pas devenir un homme ou une femme de soixante-dix ans, dont on se rend compte, dès qu’il rentre dans un restaurant, que c’est un acteur. si l’on peut dire de quelqu’un qu’il est acteur, c’est qu’il a perdu sa dimension humaine et qu’il est devenu un personnage : un être spécial avec une certaine façon de rire, de bouger, de s’asseoir… dans ce cas-là, les acteurs deviennent des montres… (Le corps de l’acteur, Pippo Delbono, page 79-80)
selfr

Author selfr

More posts by selfr

Leave a Reply